|
La posture correcte

Instructions sur la posture à adopter pour une méditation efficace

Maintenir sa colonne vertébrale droite

Une des premières conditions requises pour la méditation est d’avoir une posture correcte. La colonne vertébrale doit être droite. Lorsque le disciple cherche à diriger son esprit et sa force vitale vers le haut, à travers l'axe cérébrospinal, jusqu’aux centres de conscience les plus élevés dans le cerveau, il devrait éviter la constriction, ou le pincement, des nerfs de l’épine dorsale causée par une mauvaise posture.

S’asseoir sur une chaise droite, sans accoudoirs

Posture de méditation, assis simplement en tailleur La posture correcteLes personnes dont les jambes sont souples préféreront peut-être méditer assises les jambes croisées, sur un coussin à même le sol ou sur un lit ferme.

Cependant, Paramahansa Yogananda recommandait la posture de méditation suivante :

Asseyez-vous sur une chaise droite sans accoudoirs, les pieds posés à plat sur le sol. Maintenez la colonne vertébrale droite, l'abdomen rentré, la poitrine bombée, les épaules en arrière, le menton parallèle au sol. Les mains, dont les paumes sont tournées vers le haut, doivent reposer sur les cuisses, à la jonction des cuisses et de la région abdominale afin d’empêcher le corps de se pencher en avant.

Si vous avez adopté cette posture correcte, le corps est stable mais détendu, et vous pouvez facilement demeurer immobile, sans remuer un muscle.

Maintenant, fermez les yeux et dirigez doucement votre regard vers le haut, sans forcer, sur le point situé entre les sourcils – siège de la concentration et de l'œil spirituel de perception divine.

Méditation pour les débutants

gold lotus rule

Extraits des écrits de Paramahansa Yogananda :

« Si le débutant yogi s’assoit sur un sol dur pour méditer, il s’apercevra que ses jambes s’engourdissent petit à petit, en raison de la pression exercée sur la chair et les artères. S’il s’assoit sur un coussin ou un matelas recouvert d’une couverture, à même le sol ou sur un lit dur, il n’éprouvera aucun inconfort au niveau des jambes. L’Occidental, habitué à s’asseoir sur des chaises avec les cuisses à angle droit par rapport au torse, se trouvera plus à l'aise s’il médite sur une chaise recouverte d’une couverture de laine ou d’un tissu de soie descendant jusqu’au sol sous ses pieds. Les yogis occidentaux, en particulier les jeunes, qui peuvent s'accroupir sur le sol comme les Orientaux, verront que leurs genoux sont souples en raison de leur capacité à plier les jambes dans un angle très aigu. Ces yogis peuvent méditer dans la position du lotus ou plus simplement en tailleur.

« Personne ne devrait tenter de méditer dans la posture du lotus à moins d’être confortable dans cette position. Méditer dans une posture forcée oblige l'esprit à se concentrer sur l’inconfort éprouvé par le corps. La méditation devrait être normalement pratiquée en position assise. Il est évident qu’en prenant une posture debout (sauf si on est avancé), la personne risque de tomber lorsque l'esprit s’intériorise. Le yogi ne devrait pas non plus s’allonger pour méditer, car il pourrait tomber dans un état “coutumier” de somnolence.

« Une posture corporelle adéquate, celle qui produit le calme dans le corps et dans l'esprit, est nécessaire pour aider le yogi à déplacer son attention de la matière vers l'Esprit. »

Paramahansa Yogananda, God Talks With Arjuna: The Bhagavad Gita


Copyright © Self-Realization Fellowship. Tous droits réservés.